×

Merci de nous soutenir en désactivant votre extension AdBlocker...

Match d’ouverture de la Coupe du monde 2022: les lions du Sénégal sont mal partis

Le Sénégal perd son match d’ouverture de la Coupe du monde mais les points positifs devraient le rallier contre le Qatar

La fin justifie généralement les moyens, n’est-ce pas ?

Cela n’a jamais été aussi vrai que sur les grandes scènes comme la Coupe du monde, comme le Sénégal l’a appris lors de son match d’ouverture de lundi contre les Pays-Bas.

Une deuxième mi-temps largement torpide – qui a suivi une première mouvementée – a vu les Néerlandais capitaliser et punir les champions d’Afrique, à deux reprises.

L’entraîneur sénégalais Aliou Cissé se demandera comment il a laissé filer ce match gagnable. Quoi qu’il fasse, un rebond contre le pays hôte, le Qatar, devrait être rapide et brutal vendredi.

Le milieu de terrain néerlandais Frenkie de Jong, élu Homme du match, a admis que « le Sénégal ne méritait pas de perdre, mais dans des matchs comme celui-ci, il faut parfois un peu de chance ici et là, et nous l’avons fait et nous avons tenté notre chance ».

C’est une leçon qu’Aliou peut apprendre en repensant au premier match de l’Afrique lors de ce festival mondial du football. Mais d’abord, les points positifs.

Les lions n’ont pas été inédits:

Le Sénégal n’est pas arrivé à ce tournoi par hasard, et il n’a pas non plus été pressenti pour se qualifier pour les quarts de finale par sentiment. Bien sûr, c’était avec Sadio Mané dans l’équation.

Mais même sans leur meilleur buteur de tous les temps, les Lions de Teranga ont égalé les Oranje tout au long du match. À très peu de moments, j’ai eu l’impression que les Européens étaient une opposition supérieure.

Le Sénégal a eu plus de tirs (15-10), de sauts remportés (22-20) et de tacles (14-10). Sur d’autres statistiques, telles que le pourcentage de réussite des passes (80-81), la dépossession (7-8), les corners (6-7), elles étaient juste légèrement ombrées.

Tout indique qu’une victoire était plus possible qu’improbable, et la statistique la plus importante – les buts – leur a échappé.

L’équipe a de l’expérience maintenant:

Trop souvent, le récit des bonnes équipes africaines est celui du potentiel. Cette fois, l’équipe du Sénégal 2022 est prête, tout de suite, ici même. Ils ont ce qu’il faut pour se qualifier pour les huitièmes de finale.

Lire aussi :  Aliou Cissé, le sélectionneur des lions du Sénégal, affirme que son équipe laissera sa trace dans cette Coupe du monde

Leur colonne vertébrale composée d’Edouard Mendy, Kalidou Koulibaly, Nampalys Mendy et Idrissa Gueye est redoutable et peut endommager n’importe quelle équipe dans un bon jour.

Mis à part deux décisions de gardien de but douteuses, Mendy a connu un match solide. Sa défense, dirigée par Koulibaly, était également fiable.

En effet, on peut soutenir que seul Virgil van Dijk a réalisé un meilleur match que les défenseurs sénégalais. Au milieu de terrain, Kouyaté a réalisé une performance monstre, soutenu par un Nampalys décent.

Les blessures de Kouyaté et Abdou Diallo ont rencontré des remplaçants qui ont montré la profondeur de l’équipe. On peut soutenir que le Sénégal a perdu son match le plus difficile, et à l’avenir, une introspection prudente devrait susciter de meilleures performances lors de ses deux prochains matchs. Tout n’est pas perdu.

Pas pour la premiére fois:

Malgré ces points positifs, il y avait des problèmes. Ce sera frustrant pour l’entraîneur de 46 ans, qui se souviendra que son équipe a échoué de peu à sortir du groupe H en 2018 pour avoir enfreint les règles du fair-play.

Au stade Al Thumama contre les Pays-Bas, Cissé aura le sentiment que son équipe aurait dû être plus clinique et plus décisive, notamment en première mi-temps.

Là où un tir aurait dû être tiré, une passe a été préférée. Là où une balle de rupture de ligne aurait pu être jouée, une passe carrée est allée.

Ils ne peuvent pas se permettre ces manquements à la Coupe du monde. Des équipes de qualité comme les Pays-Bas les puniront encore et encore.

Sarr et Dia étincelles, mais doivent en faire plus:

Ismaila Sarr de Watford était, sans aucun doute, le livewire offensif du Sénégal. Du gauche, le Néerlandais a eu du mal à le cerner, car il a attaqué les espaces et le milieu défensif à plusieurs reprises. Le seul « mais » de son jeu était de finir. On peut en dire autant de Boulaye Dia.

Il y a eu plusieurs cas où le duo aurait peut-être dû être égoïste et tirer plutôt que de tenter une passe intelligente. Ils n’ont pas mal fait, mais à ce niveau, l’acharnement est la clé.

Lire aussi :  Ballon d’Or France Football 2022 : Sadio Mané nomminé, sans surprise

Malgré de multiples incursions dans la zone néerlandaise, Van Dijk et ses collègues ont rarement été sérieusement dérangés.

Considérant que le gardien de but Andries Noppert faisait ses débuts en équipe nationale, l’imposant homme de six pieds huit pouces n’a pas été testé autant qu’il aurait pu l’être.

Tout cela doit changer lors du prochain match du Sénégal vendredi.

Blessures de Abdou Diallo et de Kouyaté:

Au presseur d’après-match, Cissé a noté l’impact de la perte de ses deux joueurs clés. « Je m’inquiète pour ceux qui se sont blessés…. pour Abdou, c’est un problème musculaire et Kouyate s’est tordu la cheville, il faut vérifier et s’assurer qu’ils sont prêts pour les autres matchs. »

Le départ du duo a ralenti l’élan des Lions, ce que les Néerlandais ont constaté et rapidement mis à profit avec l’introduction de Memphis Depay.

Conclusion:

Il s’agissait du premier match du Sénégal contre un adversaire européen (match amical ou compétitif) en quatre ans, depuis sa victoire sur la Pologne lors de la Coupe du monde 2018.

On pourrait affirmer que le manque de jeux aussi prestigieux s’est manifesté ce jour-là avec l’attention portée aux détails qui leur manquait.

Cela dit, il convient de noter que les Pays-Bas n’ont pas encore perdu un match depuis que Van Gaal a été reconduit pour son troisième passage en août 2021.

Aucun joueur de cette équipe néerlandaise très moyenne n’a un profil plus important que celui de 71 ans. vieux, et l’homme opiniâtre en est la vedette. Perdre contre eux peut agacer, comme il se doit, mais le Sénégal doit essayer de rebondir rapidement.

Comme l’a dit Cissé après la défaite : « Si nous avions gagné, nous nous serions bien sortis… mais maintenant le deuxième match peut être difficile et nous devons nous assurer de le gagner.

Le problème est que le pays hôte peut se rallier et être meilleur qu’il ne l’était contre l’Équateur lors du match d’ouverture du tournoi. Même s’ils le font, le Sénégal n’a qu’à obtenir trois points là-bas.

Rien à part ça ? Ils peuvent embrasser leur meilleure chance d’une coupe du monde de conte de fées. Et, oui, à la Coupe du monde, la fin justifie les moyens – toujours.

DakarHebdo.com

Dakar Hebdo

Idées, Actualité, Originalité... Le choix de l'original.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Top

Pin It on Pinterest

Share This