A LA UNEACTUALITES

Deuxième édition du Festival Alimenterre : Le CNCR engage la bataille de la souveraineté alimentaire

La deuxième édition du Festival Alimenterre Sénégal a vecu. Cette manifestation a été organisée par le Conseil national de concertation et de coopération des ruraux (CNCR). Elle s’est tenue du 22 avril au 2 mai 2019. C’était en marge de la 20ème édition de la Foire Internationale de l’Agriculture et des Ressources Animales (FiARA). Et ce, grâce à l’appui de Wallonie Bruxelles International, Sos Faim et Oxfam qui sont depuis plusieurs années les partenaires stratégiques du CNCR. Ce Festival Alimenterre a démarré ses activités aux Parcelles-Assainies. C’était le 22 avril dernier. La manifestation qui a eu pour cadre, l’esplanade de la Mairie a été ponctué par la projection du Film « Burkina Bounty » et un panel sur l’engagement citoyen pour une souveraineté alimentaire. La cérémonie  a été présidée par le représentant du Maire, en présence du Coordonnateur du Festival Ibrahima Fall et d’El Hadji Thierno Cissé, l’Assistant au Coordonnateur de la Cellule Technique du CNCR, sans oublier le Collège des femmes et des jeunes. Elle a été rehaussé de la présence de Mme Mireille Bishikwabo, la représentante de l’Ong SOS Faim en République Démocratique du Congo (RDC). Du 25 au 27 avril 2019, les Festivaliers se sont retrouvés au Centre International du Commerce Extérieur (Cices) de Dakar. Après la cérémonie d’ouverture de ce Festival qui a eu lieu le 25 avril, à la salle du 4 avril du Cices, en présence du Président du Comité d’organisation de la FiARA, M. Boubacar Cissé, du Président en exercice du CNCR, M. Nadjirou Sall et des représentants des différents partenaires cités plus haut, les activités de la manifestation ont été officiellement lancées. Il s’agit entre autres de projection de film, d’animations culturelles et d’une kyrielle de panels axés essentiellement sur le thème général du Festival : « Rôle et place des femmes dans les exploitations familiales ». Pusieurs acteurs et autres organisations paysannes ont pris part à ces panels. Les enjeux et défis de la filière du riz local et la promotion du lait local, ont été entre autres, au cœur des débats. Il y a aussi, l’organisation d’un concours culinaire qui a permis de primer le 27 avril dernier, plusieurs femmes qui se sont illustrées dans la préparation de plats à base de produits locaux. Dans la foulée, il s’en est suivi d’une séance de dégustation. A noter que l’innovation majeure de l’édition 2019 de ce Festival Alimenterre Sénégal initié par le CNCR pour promouvoir le consommer local, a été la décentralisation de ses activités dans les régions de Saint-Louis et de Kaolack. Ainsi, du 29 au 30 avril 2019, la capitale du Nord a eu l’insigne honneur d’accueillir les premières activités décentralisées dudit Festival. Sous la houlette de Mme Yaram Fall, point focal du CNCR dans la ville tricentenaire, Saint-Louis du Sénégal a vibré au rythme de la deuxième édition du Festival Alimenterre. Pendant deux jours, plusieurs panels relativement à la pêche artisanale, à l’apport nutritionnel des produits halieutiques ont eu lieu à la Chambre de Commerce de Saint-Louis. Le 30 avril a été marquée par le traditionnel concours culinaire qui a permis aux candidates de rivaliser dans la préparation de plats typiquement Saint-Louisien, faits à base de produits locaux. L’utile a été joint à l’agréable grâce à la prestation de troupes théâtrales sensibilisant les populations sur les bienfaits du consommer local. Après Saint-Louis, cap sur Kaolack, le bastion du bassin arachidier. Dans la capitale du Saloum, l’essentiel des activités se sont déroulées au Conseil départemental et à l’Alliance Franco-sénégalaise. Du 2 au 3 mai, des questions liées à la problématique de l’accaparement des terres, à l’accès des femmes aux facteurs de production : terres, semences, équipements, financements, … ont été abordés lors des différents panels. La Veillée culturelle du 2 mai à Boustane a permis de mettre en exergue la parfaite symbiose qui existe entre agriculture et culture, à travers des pièces théâtrales de hautes facturees. Cette deuxième édition du Festival Alimenterre a pris fin en apothéose le 3 mai, par le concours culinaire qui a été une occasion pour les candidates à ces joutes, de présenter une autre facette de la ville de Mame Mbossé, à travers des mets assez originaux, du genre Mbaxal Saloum ou encore du Gnéleng… des plats faits essentiellement à base de riz, de mil ou d’arachide. Vivement la troisième édition !

Siaka NDONG

Articles similaires

Leave a Reply

Fermer