ACTUALITESJuridiqueUncategorized

Notariat : Quand les notaires souffrent de la méconnaissance de leur procédures et de leur statut

Notariat : Quand les notaires souffrent de la méconnaissance de leur procédures et de leur statut

C’est dans l’optique de se familiariser avec le grand public, à l’instar des autres professions, que la Chambre des Notaires du Sénégal, a jugé nécessaire, hier, d’organiser des portes ouvertes. Ce, également pour exposer les contraintes liées à leur métier.

Il en est ainsi, Me Aïssatou Badiane, Présidente de la Chambre des Notaires a précisé que « Le principal frein du notariat, c’est que la profession n’est pas connue. La difficulté que nous rencontrons c’est la méconnaissance de nos procédures et surtout de notre statut par les usagers. La cherté des honoraires qu’ils évitent de payer sont à l’origine des contentieux fonciers ». Non sans manquer de rappeler dans la même veine qu’ « ils ne fixent pas eux-mêmes les émoluments qui leur sont payés à l’occasion des actes qu’ils reçoivent ».
Embouchant la même trompette, Aicha Sall Gassama, Secrétaire Général du Ministère de la Justice, a pour sa part indiqué que le premier blocage lié à la méconnaissance de la profession de notaire demeure sur sa vocation.
Publicité

« Les Sénégalais ne connaissent pas le rôle du notaire. C’est un rôle important, qui est d’authentifier des actes, d’en assurer la date, de conserver les dépôts et de délivrer des expéditions en cas de besoin » a-t-elle fait savoir.

Et selon cette dernière, le deuxième blocage peut se retrouver au niveau du nombre de notaires.

« Lorsqu’on va à l’intérieur du pays, on peut constater qu’il y en a pas en quantité suffisante. Sur ce point, des réflexions sont engagées pour que le service public du notariat soit mieux distribué à travers le territoire » promet-elle.

Toutefois, pour rappel, signalons qu’il y a, à ce jour 51 notaires et 42 charges de notaires au Sénégal.

Articles similaires

Leave a Reply

Fermer