ACTUALITESINTERNATIONALSPORT

Un chroniqueur sort un livre qui décrit Trump comme un tricheur au jeu de Golf

Un chroniqueur sort un livre qui décrit Trump comme un tricheur au jeu de Golf

Après l’immobilier, c’est sa seconde passion : Donald Trump adore le golf. Via son empire familial, il possède près d’une vingtaine de terrains, dont douze aux Etats-Unis. Des parcours sur lesquels il se rend souvent pour jouer.
Très souvent même, d’après un site spécialisé qui tient le décompte : depuis sa prise de fonction depuis 114 semaines, le président se serait ainsi rendu à 177 reprises dans l’un de ses clubs. Essentiellement ceux de Palm Beach (Floride), proche de sa «Maison Blanche d’hiver» de Mar-a-Lago, et de Bedminster (New Jersey), sa «Maison Blanche d’été». «Si je suis élu, je travaillerais pour vous, je n’aurais pas le temps d’aller jouer au golf, croyez-moi», promettait même Trump à ses partisans lors d’un meeting de campagne en Virginie, à l’été 2016. En huit ans, Barack Obama y a joué 333 fois. Au rythme actuel, Trump pourrait dépasser ce chiffre en un seul mandat. Au-delà de cette hypocrisie et des inquiétudes légitimes sur le temps consacré à golfer, la façon de jouer de Donald Trump se retrouve aujourd’hui au centre de l’attention. Avec la sortie, mardi aux Etats-Unis, du nouveau livre du célèbre chroniqueur sportif Rick Reilly : Commander in Cheat (Editions Hachette), un jeu de mots avec commander in chief qu’on pourrait traduire par «Tricheur en chef». «Le golf, c’est comme un cuissard de cycliste : ça en dit beaucoup sur l’homme», a souvent répété Reilly. Ce que le golf révèle de Trump s’avère accablant.Ancien du magazine Sports Illustrated et chroniqueur pour la chaîne ESPN, l’auteur connaît Donald Trump depuis plus de trente ans. Il l’a souvent côtoyé sur des parcours de golf. Fruit de cette expérience personnelle, mais aussi d’une centaine d’interviews avec des joueurs professionnels ou amateurs, des employés ou des caddies ayant vu à l’œuvre le magnat de l’immobilier, son livre offre une plongée désopilante dans les pratiques golfiques de Trump, dépeint en «tricheur congénital».«Peu importe l’adversaire, Trump doit gagner, écrit Reilly. Que vous soyez son pharmacien ou Tiger Woods, si vous jouez avec lui, il va tricher.» Parmi une foule d’anecdotes, l’auteur raconte comment, peu après son investiture, le locataire de la Maison Blanche a truqué une partie par équipe l’opposant notamment à Woods,légende américaine de ce sport. Après avoir envoyé deux fois de suite la balle dans l’eau sans que ses adversaires ne s’en aperçoivent, il aurait discrètement placé une balle sur le green, à l’endroit qu’il avait tenté d’atteindre sans succès.

Articles similaires

Leave a Reply

Fermer